LA MARQUE

La petite histoire d’Arsène et Georgette (by Mado Monnereau)

C’est  la  petite  Georgette,  élève  modèle  et  toujours  polie,  qui  se  promène  au  marché  :  elle trébuche  et  tombe  sur  Arsène,  ce  sacré  filou  un  peu  rêveur.  De  cette  rencontre  invraisemblable entre  un  Arsène  et  une  Georgette  naissent  avalanche  de  paillettes,  explosion  de  couleurs  et libération de la créativitude, car oui la créativitude c’est très important…

Vous vous dites, elle craque complètement la Solenn ! Késako cette histoire de marché, de paillettes et de créa-machintruc? 

Allez, je vous explique tout…

Au commencement, après le Big Bang, les dinosaures, et le minitel, il y avait ce petit grain de folie en moi qu’on m’a toujours appris à dissimuler, car mine de rien ça dérange d’être  extraordinaire.  J’ai  essayé pourtant,  promis  juré, mais  rien  à  faire !  Impossible  de cacher mon originalité…puis  j’ai  rencontré  des  personnes  formidables qui ont accepté cette folie, et je me 

suis libérée.  Non  pas  que  j’étais  faite  prisonnière  par  un asthmatique  en 
armure  sur une étoile noire,  non…  C’est  ma  créativité  que je  voulais  faire taire. Alors maintenant, j’ose !

Je me suis donc transformée en magicienne du fil, en alchimiste des couleurs : armée de ma toute-puissante machine à coudre et de mes outils, je suis prête à en découdre avec les matières les plus rebelles, les étoffes pas très raccord, vous savez celles qui rechignent devant le patron…
Parcourant les étalages pour chiner, fouiller, débusquer de nouvelles pièces à
transformer, je zieute partout pour trouver la pièce parfaite afin de lui offrir une seconde vie. J’affectionne tout particulièrement les chutes et les vêtements un peu vintage, ceux dont on ne voulait plus, pour chercher à les sublimer dans des créations uniques.

Ma maison est mon atelier, je couds partout ! Entourée de mes plantes et
mes grigris, je capture la lumière pour mieux la diffuser dans mes créations.

Mais revenons à nos moutons ou plutôt à notre wax … car le wax, j’adore ça !
Saviez-vous que les tissus ont une âme ? Je vous ai dit que j’étais un peu
magicienne… Leurs couleurs vibrent  et  déploient  une  énergie  qui  leur  est 
propre.  Ils  ont  un  sens  caché  et  une histoire. Les tote-bags portent ainsi des noms de femmes qui ont marqué l’histoire, et la mienne, à leur manière.
Les boucles d’oreille sont  quant à elles désignées par des termes mystérieux,
empruntés à plusieurs langues : elles sont chargées d’une force protectrice
réservée à leur seule propriétaire.

Je ne cherche pas à être à la mode : ce qui compte le plus à mes yeux c’est que  les femmes qui portent mes créations se sentent femme et assument ce petit grain de folie qui se cache en chacune.

Je veux qu’elles soient heureuses de porter des créations qui ont du pep’s,
qu’elles soient remarquées, complimentées, révélées par les couleurs qu’elles portent.

C’est aussi pour cela que je m’adapte à vos demandes en proposant des créations authentiques, uniques et lumineuses qui collent le plus à votre personnalité.

Alors,  laissez-vous  emporter  par  toutes  ces  couleurs  qui  attirent l’oeil,  elles  vous  embarqueront vers un ailleurs exotique et sensuel. Et puisse mes créations vous permettre de porter fièrement la lumière qui est en vous…

Merci Mado, reine incontestée du storytelling, de m’avoir aidée, d’avoir su écouter et retranscrire mes envies à travers ce portrait inspiré et inspirant !

C’est  la  petite  Georgette,  élève  modèle  et  toujours  polie,  qui  se  promène  au  marché  :  elle trébuche  et  tombe  sur  Arsène,  ce  sacré  filou  un  peu  rêveur.  De  cette  rencontre  invraisemblable entre  un  Arsène  et  une  Georgette  naissent  avalanche  de  paillettes,  explosion  de  couleurs  et libération de la créativitude, car oui la créativitude c’est très important…

Vous vous dites, elle craque complètement la Solenn ! Késako cette histoire de marché, de paillettes et de créa-machintruc? 

Allez, je vous explique tout…

Au commencement, après le Big Bang, les dinosaures, et le minitel, il y avait ce petit grain de folie en moi qu’on m’a toujours appris à dissimuler, car mine de rien ça dérange d’être  extraordinaire.  J’ai  essayé pourtant,  promis  juré, mais  rien  à  faire !  Impossible  de cacher mon originalité…

Puis  j’ai  rencontré  des  personnes  formidables qui ont accepté cette folie, et je me suis libérée.  Non  pas  que  j’étais  faite  prisonnière  par  un asthmatique  en  armure  sur une étoile noire,  non…  C’est  ma  créativité  que je  voulais  faire taire. Alors maintenant, j’ose !

Pourquoi la couture, me direz-vous ? Et bien, quand je couds, je songe à ma grand-mère, couturière de profession, et à notre lien très spécial. Je pense à ma famille, à mes amis qui m’ont permis de développer cette sensibilité artistique  qui me caractérise tant.

La couture c’est à la fois mon héritage et mon moyen d’expression et ce savoir, comme j’ai à cœur de le transmettre maintenant !

Je me suis donc transformée en magicienne du fil, en alchimiste des couleurs : armée de ma toute-puissante  machine  à  coudre et de mes outils,  je  suis  prête  à  en  découdre  avec  les  matières  les  plus  rebelles, les  étoffes  pas  très  raccord,  vous  savez  celles  qui  rechignent  devant  le  patron… 

Parcourant  les étalages pour chiner, fouiller, débusquer de nouvelles pièces à transformer, je zieute partout pour trouver  la  pièce  parfaite  afin  de  lui  offrir  une  seconde  vie.  J’affectionne  tout  particulièrement  les chutes et les vêtements un peu vintage, ceux dont on ne voulait plus, pour chercher  à  les  sublimer dans des créations uniques.

Ma   maison   est   mon   atelier,   je   couds   partout!   Entourée   de   mes   plantes et  mes   grigris,  je  capture  la  lumière  pour  mieux  la  diffuser  dans  mes créations.

Mais revenons à nos moutons ou plutôt à notre wax … car le wax, j’adore ça !

Saviez-vous que les tissus ont une âme? Je vous ai dit que j’étais un peu magicienne…

Leurs couleurs vibrent  et  déploient  une  énergie  qui  leur  est  propre.  Ils  ont  un  sens  caché  et  une histoire.

Les tote-bags portent ainsi des noms de femmes qui ont marqué l’histoire, et la mienne, à leur manière.

Les boucles d’oreille sont  quant à elles désignées par des termes mystérieux, empruntés à plusieurs langues : elles sont chargées d’une force protectrice réservée à leur seule propriétaire.

Je ne cherche pas à être à la mode : ce qui compte le plus à mes yeux c’est que les femmes qui portent  mes  créations  se  sentent  femme  et  assument  ce  petit  grain  de  folie  qui  se  cache  en chacune.

Je  veux  qu’elles  soient  heureuses  de  porter  des  créations  qui  ont  du  pep’s,  qu’elles  soient remarquées, complimentées, révélées par les couleurs qu’elles portent.